top of page

Décoration d'Intérieur Ecoresponsable : Principes & Idées reçues


Mythes sur la décoration écologique
Lit plateforme en bois massif LIVIA - Source : KIPLI

Décoration écoresponsable, mais qu'est-ce que cela peut bien vouloir dire ?

Aujourd'hui le terme "écoresponsable" fleurit dans tous les sens et tous les domaines de notre société, mais que met-on concrètement derrière ?

Comment cela s'applique concrètement dans le monde de la décoration d'intérieur ?

Quelles sont les idées reçues sur la décoration écoresponsable ?

Est-ce que cela implique de faire une croix sur la fonctionnalité et l'esthétisme ?

Comment ça marche un projet de décoration d'intérieur écoresponsable ?


Je vous en dis plus ci-dessous !


La décoration écoresponsable : définition

> D'après la formation de Nina CHARDIN, fondatrice de l'Ecole du Design d'Intérieur Durable, la décoration écoresponsable est bien plus qu'une tendance, mais un vrai mouvement qui consiste à penser son intérieur en prenant soin de la planète et de ses habitants, notamment en privilégiant :

- des matériaux écologiques et sains,

- le savoir-faire local,

- des matériaux durables,

sans pour autant faire une concession sur l'esthétique et le fonctionnel, et ce dernier point est très important, on y reviendra plus tard ! ;)


Toujours d'après cette formation, le design d'intérieur durable repose sur 5 piliers clefs que je vous explicite ci-dessous :

1) LES BESOINS : aussi bien ceux de l'habitant que de l'habitat.

Pour commencer, ceux de l'habitant, cela paraît évident : nos besoins sont à considérer pour concevoir l'intérieur qui nous convient le mieux, tant en termes d'aménagement que de décoration, ils doivent donc être réfléchis au cas par cas en fonction des modes de vie et des aspirations de chacun.

Pour l'habitat, il est important de considérer ce qui le définit avant de le repenser (système de chauffage, emplacement des réseaux d'eau, etc.) de la façon la plus pertinente qui soit (ex: pour les arrivées d'eau, plus le circuit est court, moins on gaspille de l'eau en attendant qu'elle chauffe).


2) LE BIEN-ÊTRE : cela concerne à la fois le confort thermique qu'acoustique, et bien sûr la santé mentale, autrement dit : se sentir bien chez soi.


3) LA SANTE : concevoir des intérieurs avec le minimum de COV (Composés Organiques Volatiles) présents dans les peintures, les meubles, en évitant au maximum l'humidité (moisissures, problèmes respiratoires, etc.) et les ondes électromagnétiques.


4) LE REEMPLOI : privilégier bien sûr le réemploi de matériaux et mobilier au lieu d'acheter du neuf. Dans certains cas (ex : décoration de mariage, événementielle), la location peut également être une excellente solution !


5) L'ECOCONCEPTION : intégrer l'environnement dès la conception du produit (ou service), et ce à toutes les étapes du cycle de vie (extraction matière première > fabrication > transport > distribution > utilisation > tri/fin de vie) du produit, le tout en conservant les qualités d'usage du produit.


décoration d'intérieur écoresponsable écologique lyon
Cycle de vie d'un produit - Source : Service industrie

Attention cependant aux pratiques trompeuses de certaines marques qui n'hésitent pas à embrouiller le consommateur via le greenwashing.

Le greenwashing, qu'est-ce que c'est ?

C'est lorsque des marques revendiquent auprès du grand public être des marques engagées pour la préservation de la planète et le respect des humains (vous pouvez également entendre parler de démarche RSE : Responsabilité Sociale et Environnementale), alors que la plupart de leurs produits est loin d'être respectueuse de l'environnement.

Autrement dit ?

Des marques qui vont par exemple avoir tendance à indiquer "naturel" à tout va dans le descriptif d'un meuble en bois, alors qu'il s'agit non pas de bois massif, mais de bois aggloméré avec des colles et de la peinture à l'origine de l'émission de COV (Composés Organiques Volatiles), dangereux pour la santé.


Autre exemple : un coussin en coton naturel.

Le 1er warning consiste à rappeler que de base le produit n'est pas écologique car la culture du coton requiert des ressources en eau importantes et l'utilisation de pesticides.

Le 2nd warning est que, si teinté, celui-ci est alors composé de produits chimiques voire toxiques, le coton a donc de "naturel" que son origine.


Merci une nouvelle fois à Nina CHARDIN pour ces illustrations très concrètes qui ont pour vocation à nous mettre en garde sur ce qu'on peut voir souvent dans les grandes enseignes (et pas que).


3 idées reçues sur la décoration écoresponsable

> Les idées reçues sur la décoration écoresponsable se retrouvent dans certains cas dans les autres domaines où la conception durable et éthique émerge, notamment l'alimentaire ou encore le monde de la mode.

Concernant la décoration, les trois principales idées reçues sont les suivantes :


Idée reçue n°1 :

"La décoration écoresponsable c'est utiliser seulement du bois et des matières naturelles."

FAUX.

Oui le bois est une des matières privilégiées, mais c'est loin d'être l'unique matériau à utiliser.

Il est important également de noter que, qui dit matières naturelles, ne veut pas forcément dire "écologiques", car si un matériau naturel vient de l'autre bout du monde (ex : teck), qu'il est en cours de disparition ou encore qu'il a été traité, il est loin de cocher cette case.

La diversification des matériaux est donc par conséquent essentielle pour éviter l'épuisement d'une ressource en particulier.

Il faut également que la démarche d'un intérieur écoresponsable aille au-delà du produit seul, c'est-à-dire que c'est un projet au global de l'habitat qui ne s'arrête pas à un meuble écologique et durable.


Idée reçue n°2 :

"La décoration écoresponsable ce n'est pas esthétique, ou réservée seulement à un style de décoration minimaliste."

Là aussi, c'est FAUX.

La preuve en images avec de magnifiques pièces (mais très coûteuses) de la marque La Lune :







décorateur intérieur lyon écoresponsable
Etagère Nita - Source : La Lune

Ou encore avec les marques + "grand public" et donc + accessibles en prix Tiptoe & Kipli :

architecte interieur lyon decoration environnement
Canapé Easy 2 places - Source : TIPTOE

décorateur lyon écologie
Etagère murale en bois massif AVA - Source : KIPLI

Lien vers la table Aponi de la Lune

Lien vers l'étagère Nita de La Lune

Lien vers le canapé Easy de TIPTOE

Lien vers l'étagère Ava de KIPLI


Idée reçue n°3 :

"La décoration écoresponsable, c'est plus cher."

Dans ce cas, la réponse est moins tranchée, c'est à la fois vrai ET faux.

En réalité, la réponse dépend du raisonnement choisi, je m'explique : tout dépend en effet si vous considérez le coût d'achat tel quel ou si vous prenez un peu de recul pour considérer plutôt son coût d'usage.


Pour illustrer cette idée, prenons l'exemple utilisé par Nina CHARDIN d'une table "classique" du géant suédois IKEA, comparée à une table en bois massif de la marque CAMIF, fabricant reconnu comme étant engagé pour l'environnement :


decoratrice interieur lyon écoresponsable
Table LISABO 129€ - Source : IKEA

décorateur lyon 7 écologique
Table NATHAN 649€ - Source : CAMIF

Si nous nous arrêtons au prix d'achat de la table Lisabo IKEA à 129€ comparé de façon brute au prix d'achat de la table Nathan à 649€, il est indéniable que la différence de prix est importante. Mais ce qu'il est intéressant de regarder, c'est plutôt le coût d'usage qui est directement lié à la durée de vie de ces tables.


Pour la table Lisabo IKEA, sa durée de vie moyenne peut être estimée à +/- 5 ans, tandis que celle de la table Nathan de CAMIF peut être estimée à +/- 25 ans : un rapide calcul nous montre qu'en ramenant le coût d'achat par an, la table CAMIF (649€/25 ans = 25.96€/an) coûte finalement le même prix que celle d'IKEA (129€/5ans = 25.80€/an), mais en ayant pour gros atout d'être de meilleure qualité et donc durable.



Les différentes étapes d'un projet de décoration/rénovation d'intérieur géré de façon écoresponsable

1ère étape : l'étude des besoins

Cela fait écho au 1er pilier mentionné plus haut, c'est-à-dire prendre en compte les besoins du client tant en termes de confort, que de couleurs, lumière, etc.

En ce qui concerne l'habitat, il s'agit là d'être attentif/ve à l'environnement extérieur de l'espace concerné, son histoire, son exposition pour avoir une approche globale.


L'objectif étant de pouvoir rédiger un cahier des charges précis et complet.


2ème étape : état des lieux des ressources

- Dans l'habitat : quels matériaux peuvent être réutilisés ? Quels meubles peuvent être conservés tels quels ou simplement rafraîchis ?


- Ressources locales : il s'agit là de privilégier autant que faire se peut à la fois les matériaux et artisans locaux, autrement dit mettre à l'honneur le savoir-faire régional, ou au moins national.


- Le réemploi : est-ce que le client veut se séparer d'un fauteuil dont l'assise est abîmée alors qu'il est encore en bon état dans l'ensemble ? Dans ce cas, pourquoi ne pas lui proposer de le faire retapisser pour qu'il soit comme neuf, plutôt que de le jeter ?


Vous l'aurez compris, l'objectif de cette 2ème étape est de concevoir le projet en essayant de composer au maximum avec l'existant.


3ème étape : design d'espace

> Réfléchir au zoning de l'espace intérieur, c'est-à-dire à son aménagement selon :

- le bioclimatisme : càd prendre en compte l'exposition des pièces, l'emplacement existant des arrivées d'eau, etc.

- la structure existante, afin de la modifier au minimum


L'objectif de cette troisième étape est avant tout de définir une organisation de l'espace (via le plan) pertinente, tout en maximisant le confort et les économies d'énergie.


4ème étape : le choix des revêtements et de la décoration

Sans surprise ici, le choix des matériaux dans un projet de décoration écoresponsable va avant tout se faire pour des matériaux écologiques et sains.

Le choix des couleurs devra lui reposer sur le bien-être de ses habitants et le principe du bioclimatisme.


Le saviez-vous ? Une pièce bleue, couleur la plus froide du cercle chromatique, va entraîner une température dans la pièce de 2 degrés de moins, tandis qu'une pièce peinte en orangé, donnera, à l'inverse, une pièce plus chaude de 2 degrés !

Bien choisir les couleurs des pièces en fonction de leur exposition est donc primordial.


Côté mobilier, comme évoqué un peu plus haut, l'objectif est de favoriser le réemploi, sinon, à défaut, d'acheter des meubles d'occasion, ou enfin d'acheter du neuf...mais écoconçu :)


5ème et dernière étape : les partis-pris de chantier

Le BTP est aujourd'hui responsable d'1/4 de l'empreinte carbone de la France...pas anodin, n'est-ce pas ?

Comment réussir alors à avoir le chantier le + écologique possible ?

Un chantier ne le sera jamais totalement, ne nous leurrons pas, en revanche quid de plutôt déconstruire plutôt que démolir ?

Il est également possible de récupérer les déchets de chantier pour les trier, recycler...ou même les réutiliser dans un autre projet !


J'espère que ces premiers éléments d'approche de la décoration écoresponsable vous auront permis d'apprendre de nouvelles choses, et encore mieux, de vous avoir un minimum sensibilisé au sujet.


Cet article a très largement été inspiré par la formation de Nina CHARDIN, mentionnée plus haut, une mine d'informations pour qui veut en apprendre davantage...accessible aux professionnels de la décoration et l'architecture, mais aussi à tout particulier curieux, alors n'hésitez pas à vous renseigner si le thème attise votre curiosité !


Cet article vous a plu ? Vous avez des questions ou des commentaires ?

N'hésite pas à me les partager !


Et si vous souhaitez repenser la décoration de votre intérieur avec une touche écoresponsable : vous êtes à un clic de discuter de votre projet avec moi : ici


A bientôt,

Amélie







13 vues

Comentários


bottom of page